Esperance« L’espérance est un risque à courir » Georges Bernanos

Celui qui cherche des solutions d’espoir peut se sentir parfois bien seul. De fait, il est une tendance couramment répandue, qui consiste à confondre réalisme et pessimisme.
Nous avons une vision dépréciative du réel, en étant davantage dans l’hypothèse du pire que dans celle du meilleur. Nous prétendons adapter cette attitude aux exigences de la lucidité et du discernement. En envisageant l’hypothèse du pire, pensons-nous, nous ne prenons pas le risque d’être déçu. Mais est-ce si sûr ?
N’est-ce pas en investissant beaucoup d’attente, d’optimisme, d’enthousiasme et d’espérance que nous pouvons être en mesure de faire basculer le réel vers une réalité réjouissante ?

N’attendons pas d’être sûr d’une réalité pour y croire. Au lieu de chercher à mettre notre espérance en lieu sûr, à la réserver uniquement pour les grandes occasions, faisons-en usage aussi souvent que la réalité nous sollicite et nous pousse dans nos retranchements. Croyons et espérons au moment même où il serait difficile de croire et d’espérer. Sans quoi, ce serait faire l’aveu que nous avons une bien piètre opinion de la foi et de l’espérance.

Et puis, qui sait ? l’espérance ne s’use peut-être que si l’on ne s’en sert pas…

François Garagnon – “Les pensées revigorantes” (Monte-Cristo éditions)

Et vous, qu’en pensez-vous ?
Savez-vous anticiper positivement les événements de votre vie ?
Comment faites-vous ?
Vous pouvez réagir en laissant un commentaire.