On s’en doutait, mais cette fois c’est prouvé : rire à gorge déployée avec des amis diminue la sensation de douleur, grâce aux molécules opiacées qui inondent alors le cerveau, selon une étude britannique publié dans la revue de l’académie des sciences britanniques Proceedings of The Royal Society B.

Des chercheurs ont testé  la réaction à la douleur de volontaires qui regardaient des extraits de comédies comme “Mr Bean” ou “Friends” ou des émissions non-humoristiques sur le golf ou la vie des animaux.

La douleur était provoquée par le froid d’un manchon destiné à rafraîchir le vin ou par un garrot serré jusqu’à la limite de tolérance.

Un quart d’heure de rire bien franc suffit pour augmenter d’environ 10% la tolérance à la douleur, d’après l’étude.

En revanche, regarder des émissions non-humoristiques ou des drames n’a aucun effet antidouleur.

L’étude fait cependant la distinction entre le rire franc, à gorge déployée, le seul qui a un effet, et le rire poli, de façade.

Crise de fou rire ou éclats de rire survenant rarement quand on est seul, se trouver au sein d’un groupe semble déterminant pour déclencher le bon type de rire qui libère dans le cerveau des endorphines. Ces molécules atténuent les signaux de douleur physique ou de stress.

Des endorphines sont produites pendant des exercices physiques, ce qui contribue à la sensation de bien-être quand on court ou quand on pratique certains sports.

Le rire franc implique aussi un exercice musculaire répété, au cours duquel on expire de l’air sans reprendre son souffle. L’épuisement dû à cet effort soutenu entraînerait la production d’endorphines.

Source : http://actusmed.blogspot.com/2011/09/le-rire-attenue-la-douleur.html

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Riez-vous 15 mn par jour ?

Vous pouvez réagir en laissant un commentaire