Chargement Évènements

Virginie Virginie Perrot, animatrice présentatrice, déléguée de la Ligue des Optimistes de France Auvergne, donne la parole à deux invités exceptionnels avec en commun pour devise « après la pluie le beau temps » :

– Philippe Croizon

Amputé des quatre membres en 1994 après avoir été électrocuté sur le toit de sa maison en démontant une antenne de télévision, Philippe Croizon est depuis devenu un véritable aventurier.

En 2010 il traverse la Manche, en 2012 il relie les 5 continents à la nage, recordman de plongée en 2013 il poursuit avec le Rally Dakar en 2017, et peut-être bientôt la conquête de l’espace. Il est le symbole du dépassement de soi.

Auteur, conférencier, chroniqueur dans divers médias, il reçoit plusieurs distinctions dont celle de chevalier de la légion d’honneur remise en 2011.

On ne compte plus les piscines et les lieux sportifs qui portent son nom, lui, qui pendant plus de 10 ans, est pourtant resté passif sur son canapé. C’est au travers de son parcours incroyable que Philippe Croizon, athlète de l’impossible nous parle d’optimisme, des ressources et des leçons qu’il a tiré de ses exploits et partage son amour de la vie.

 

– Adda Abdelli

Comédien, co-créateur et co-scénariste de « vestiaires », courte série pleine d’humour qui brise les tabous en mettant en scène des acteurs handicapés décomplexés dans une piscine municipale, diffusée sur France 2 le samedi à 21h depuis 2011, Adda abdelli est devenu handicapé des deux jambes à la suite d’une poliomyélite contractée à l’âge d’un an.

Né dans une famille pleine d’humour, c’était compliqué pour lui d’assumer son handicap sauf lorsqu’il riait ou bien qu’il faisait rire, moyen qu’il avait trouvé alors pour faire venir les gens à lui, méthode qui a plutôt bien réussit à cet auteur du livre « comme sur des roulettes, et si mon handicap était ma plus grande force » (éditions Michel Lafon) né de la série.

Adda est également scénariste de la BD « les Scouts Tome1 » aux éditions Michel Lafon, une autre façon de raconter combien ses dix années de scoutismes lui ont permis de grandir et de devenir qui il est aujourd’hui notamment grâce aux nombreuses activités qu’il a pu y pratiquer (Trek, rando, plongée, escalade…).
Lui aussi, mais cela vient sans doute de son accent marseillais, associe l’optimisme au soleil (à la mer et aux sourires de ses enfants pur être complet), il croit surtout que les batailles perdues sont celles qui ne sont pas livrées.

Diffusez l'optimisme !

Aller en haut